FLATTERIES POUR VENERABLES ELECTEURS

Publié le par Socrate

 

 

Nous reproduisons ci-dessous l’excellente analyse publiée par Le Myosotis de Septimanie sur la tentative de manipulation à son profit des nouveaux VM par M. Stifani.

Socrate

 

 

En parfaite conformité avec le programme de reprise en main annoncée dans son projet d’ « Evolution de l’obédience », notre Grand Maître diffuse sur papier glacé (et avec enluminures), la doctrine officielle de la GLNF à l'usage des Vénérables Maîtres des Loges.

Dans ce document, les Vénérables Maîtres fraîchement installés apprennent que, investis de la toute puissance du Chef suprême, ils sont, eux aussi,  des « Chefs de l’Ordre » et que c’est par leur intermédiaire que circulent du haut vers le bas, les vertus initiatiques accordées à ceux qui obéissent inconditionnellement à l'autorité de l'obédience.

 

Extraits :

« La Loge voulue du désir des Frères, née d’un acte fondateur qui est l’octroi de la Charte qui reste un dépôt sacré permettant à la Loge de pratiquer la Franc-maçonnerie régulière et d’exécuter les rites et cérémonies , le tout conformément aux constitutions de l’Ordre et des us et coutumes ancestraux. »

« Point de notions associatives, point d’assemblée civile et aucune autorité qui vous soit supérieure si ce n’est celle du Chef de l’Ordre envers qui vous jurez fidélité »

(Pourquoi commenter ce qui sonne, hélas, comme une abomination aux oreilles de « ceux qui ont des oreilles pour entendre » ;

« … voulue du désir des Frères » certes la formulation se veut joliette, mais elle ne veut rien dire ! A moins d'imaginer une grossesse nerveuse. Tout comme la formule « dépôt sacré » ? Pourquoi « sacré » ?)

« Le Vénérable Maître, porté par cette fonction primordiale, représente la Loge, non pas l’ensemble des Frères ou leurs voix conjuguées, mais il « est » la Loge dans une sorte d’incarnation mythologique. Il est l’un des CHEFS DE L’ORDRE ! »

 (« … une sorte d’incarnation mythologique » (?) Il doit vouloir dire : Une incarnation belle comme l’antique (?) Qui peut savoir ?)

« Tout fonctionne à la perfection si chacun veut bien se souvenir que la GLNF est un Ordre initiatique, et que l’obéissance et la soumission que l’on demande aux Frères pour leur bien et pour que s‘accomplisse le Grand Œuvre… »

(… le « Grand Œuvre »… Rien que ça ! Et en plus, sans rien faire ! Qui a dit qu’il fallait suivre une « Voie » et aussi faire preuve de beaucoup de persévérance pour accomplir le Grand Œuvre. Celui-là ne connaissait pas la GLNF.

Jusqu’à présent, ce n’était pas facile le « Grand Œuvre ». Certains, qui se croyaient malins, s’y sont cassé les dents. Mais maintenant avec la GLNF, tout s’est bien simplifié.  De la soumission, rien que de la soumission, et hop, le « Grand Œuvre » s’accomplit ! Comme par enchantement. Merci, Vénérables Maîtres et surtout, merci Grand Maître. )

  

Conclusion :

Pourquoi compliquer la fonction de Vénérable et dire que la Loge est un espace sacralisé où des officiants Maîtres maçons, ayant à leur tête un Vénérable Maître et des Officiers, mettent en œuvre un rite qui opère en « Esprit » la transformation initiatique des adeptes ?

 

A la GLNF, grâce à notre Grand Maître et à ses Chefs de l’Ordre, on se contente de dire que la Loge est un lieu où, par le Pouvoir du Vénérable Maître et par « l’obéissance et la soumission» inconditionnelles « des frères », le « Grand Œuvre » s’accomplit. Comme à la Parade !

Cela au moins, c’est magique et à la portée de tous. Enfin… de tous ceux qui cotisent !

 

Raminagrobis

 

(NB : Pour une analyse complète des « horreurs » initiatiques proclamées par nos doctrinaires  officiels de l’obédience, lire : « Requiem pour une obédience défunte »)

 

(NB : Personne n'est dupe. Le manuscrit "Régius", qui a été annexé au document de propagande GLNF pour lui donner une tonalité traditionnelle, n'est pas transposable au Vénérable dont la fonction n'est apparue que beaucoup plus tard. On y lira cependant la confirmation évidente que la Loge a toujours été constituée et dirigée par la communauté des Maîtres.)

 

 

Votons NON le 16 octobre 2010 !

 

 

 

Commenter cet article