RESTEZ JUSQU'A LA FIN DU MATCH

Publié le par Socrate

Les Brèves GLNF sont de plus en plus rédigées de manière subjective et dialectique. Nous reproduisons l’article publié ce jour sur le Myosotis Marches de l’Est – blog Brie-Champagne qui constitue une excellente analyse du dernier Brèves GLNF.

Socrate                                                                                                          

 

 

Le dernier Brèves rapporte qu’une procédure lancée par la GLNF contre FMR a été perdue par cette dernière. Dont acte.

 

Il sera toutefois très intéressant d’en connaître la motivation, mais au préalable il faut remettre tout cela « en perspective ».

 

De quoi s’agissait-il ? D’une procédure lancée par le président de la GLNF ayant pour objet de faire mettre à néant la décision de référé du TGI de PARIS autorisant FMR à avoir ses propres huissiers pour contrôler le déroulement de l’assemblée générale du 25 mars qui a abouti, comme vous le savez tous, à un rejet massif de la direction de l’association loi de 1901 «GLNF» et de son président.

 

L’assemblée ayant été tenue, les irrégularités de forme concernant aussi bien l’accès à la salle que la procédure de vote ayant été relevées, les votes majoritairement négatifs ayant été actés, la volonté massive de révocation du Président largement proclamée par les représentants des Loges ayant été constatée, le tout par acte extra judiciaire valable jusqu’à inscription de faux, le véritable but de cette procédure apparaissait comme une simple nuisance à vocation financière (ruiner FMR par des procédures inutiles mais coûteuses) ou médiatique (se glorifier d’un possible succès en justice).

 

Mais ce n’est que de la poudre aux yeux car ça ne peut pas avoir d’incidence sur tout ce que je viens de citer, qui a bel et bien existé et qui ne peut être effacé par une décision qui n’a pour effet que de dire que les huissiers mandatés par la GLNF étaient suffisants et qu’il n’y avait pas besoin d’en adjoindre d’autres. Cela, à l’évidence ne change rien au fond des choses et de ce qui a été constaté.

 

Comme le dit Anaxagore, pour cela il faudrait changer l’histoire, ce qui n’est bien sûr pas possible.

 

Dans un combat judiciaire, il y a une inconnue qui est toujours présente : la durée ! Pour les Frères qui sont profondément blessés par tout ce qui se passe depuis bientôt six mois, pour tous ceux qui ont «la colère au ventre» dans quelque camp qu’ils se trouvent, c’est insupportable. Et pourtant ce déboire, car c’en est forcément un, ne représente qu’une seconde dans une vie d’homme. De plus, il n’a strictement aucune incidence sur la suite, c’est à dire sur la tenue d’une deuxième assemblée (je pense qu’on l’attendra longtemps), sur l’absence de budget pour l’année prochaine, sur l’issue de l’assignation de la GLNF contre FMR pour ces délicieux motifs de «parasitisme» et de «concurrence déloyale», et sur ce qui pourrait se passer à la Tenue de Grande Loge du 4 décembre 2010, soit un an jour pour jour après le fameux Souverain Grand Comité à l’origine des oukases de notre président qui ont provoqué par réactions progressives la crise actuelle.

 

Prenons l’image d’un match de tennis. Il y a les points, les jeux, les sets et le match. Cette procédure perdue par FMR correspond à la perte d’un point, qui plus est absolument non décisif. Il est par contre révélateur de la haine que le Président voue à ses membres (appelés Frères lorsque l’on est en Maçonnerie ce qui n’est visiblement pas le cas ici), haine qui pourrait aller jusqu’à la destruction de l’association pour sa seule satisfaction personnelle, si nous n’y mettions pas le holà avant.

 

Alors je ne vais pas prétendre que nous avons remporté une victoire, bien sûr que non, mais je vais préciser que cet échec est sans importance et que la partie ne fait que commencer ! Je sais bien que cela n’est pas un discours qui va forcément enthousiasmer les foules. Mais il faut être conscient qu’à partir du moment où nous avons adopté les statuts actuels qui donnent tous les pouvoirs à un seul homme qui a nettement plus de pouvoirs qu’un tyran (au sens historique du terme), il nous faut inévitablement en subir les conséquences. C’est la grave faute de nos prédécesseurs, particulièrement du Conseil d’Administration et du Souverain Grand Comité.

 

Cette procédure perdue n’y change rien, mais notre horizon temporel est encore lointain et dépassera inévitablement le 31 août 2010. Des événements importants auront lieu en juin (conseil de discipline pour nos frères SEILER et PERES – Premier appel de la procédure GLNF/FMR pour concurrence déloyale, etc.), mais aussi en septembre (Installations pour lesquelles, inévitablement, une allégeance particulière sera demandée aux VM en menaçant de ne pas les installer s’ils ne vont pas à Canossa), et encore et surtout en décembre pour la Tenue de Grande Loge du 4 décembre.

 

Alors, oui, c’est dur d’attendre.

Oui, c’est énervant d’entendre toujours le même discours sans savoir ce qui se concocte.

Oui c’est tentant de partir. Mais justement c’est le piège «qu’il» vous tend dans lequel il ne faut pas que vous tombiez. Il aurait alors définitivement gagné et le rideau de fer que nous avons eu tellement de peine à soulever, retomberait définitivement sur notre obédience.

Ne lui donnez pas ce plaisir, n’abandonnez pas vos Frères qui resteront, apportez leur vos précieuses voix lorsque le moment sera venu (inévitablement avant le 31 août 2011), et surtout votre chaleureuse présence.

 

Maintenant vous savez tout sur le vrai visage de notre président, dont l’entrée même en Maçonnerie est une phénoménale erreur de casting, sur la faiblesse des hommes toujours prêts à se coucher devant les manifestations d’une ridicule et insignifiante autorité, sur ceux qui sont toujours prêts à vendre leur âme pour de beaux tabliers (c’est vrai qu’ils sont très beaux !), en fait toujours prêts à écraser leurs Frères de leur insondable ignorance, de leur viscérale immodestie et de leur absence de fraternité.

 

Pourquoi pensez-vous que les proches de notre président ne l’ont pas encore éliminé ?

Ils en ont les moyens car il suffit de 7 voix au conseil d’administration pour le destituer à tout moment. Tout simplement parce qu’ils espèrent récupérer le système complet, tel qu’il est, à leur propre profit. C’est là où notre volonté de changer tant le président que le système les gêne beaucoup.

 

Mais ils seront obligés d’y venir, car curieusement ce temps, qu’il est si douloureux pour nous de sentir s’écouler, est notre meilleur allié. Plus personne ne soutient notre président qui, pour sa plus grande perte, s’est fait connaître sous son vrai jour et, comme j’ai eu l’occasion de le constater personnellement à plusieurs reprises, dont l’image dans le monde maçonnique aussi bien national qu’international est déplorable, oscillant entre la bêtise, la méchanceté, l’inconscience et le ridicule (celui qui tue !).

 

Pour reprendre une formule connue, je ne peux, pour l’instant, prédire que «du sang et des larmes», appeler à l’effort dont l’effort sur soi-même qui n’est pas le moindre, et à retourner à cette difficile attitude de patience qui, elle, est profondément maçonnique.

 

Ce ne sera pas vain. Des actions nouvelles auront lieu, mais à bon escient, et selon un timing juridique ou même judiciaire qui n’a pas la même horloge que nous !

 

Si nous restons groupés, nous gagnerons irrémédiablement. Ce ne sera même pas très long. Faites acte d’amour vis-à-vis de vos Frères qui se battent quasiment jour et nuit sans moyens depuis 6 mois et inévitablement d’ici à quelques mois, un coup de boutoir suffisant emportera les murs du bunker dans lequel se retranche le président de notre association.

A moins que d’ici là quelqu’un ne nous ouvre la porte de l’intérieur…

 

Restez jusqu’à la fin du match !

 

Par Alpha du Centaure

 

Commenter cet article

un mutin de paris 22/05/2010 17:32


J'ai laissé un commentaire sur BBC en ce qui concerne la "troisième mi-temps" et les mesures que nous devrons prendre... car nous gagnerons.

Un mutin de paris