JEAN MURAT S’EXPRIME

Publié le par Socrate

 

 

 

Y A-T-IL UN AVENIR POUR LE CENTENAIRE DE LA GRANDE LOGE NATIONALE FRANCAISE ?

 

 

 

Depuis presque 100 ans, la Grande Loge Nationale Française, une des Grandes Loges de la Maçonnerie  Universelle, avait évolué dans la conviction et le respect de la pluralité de ses expressions rituelles. 

 

 

A côté de l’objectif de perfectionnement spirituel personnel, une direction administrative est indispensable.  Cependant, une désignation censitaire d’un comité nommé par les Grands Maîtres est supposée représenter l’ensemble de nos -jadis- 43.000 membres ! Inutile de mentionner le fait que ce même comité fut et est responsable de la désignation des Grands Maîtres qui arrivent à se croire « représentant de Dieu sur les Frères »!

La tentation de césarisme est devenue évidente depuis les réformes par modifications statutaires de 1997 (Statuts, Constitution et Règlement Général 2000/2006 et seq. 113 p.)   Ne voulait-on pas «  protéger les adeptes des excès de la démocratie ».  Cette préméditation explique le nombre de procès dilatoires des cinq dernières années concernant la légitimité du Grand Maître.

 

 

Ces nominations internes développées en prébendes, ont inévitablement dévié certains frères de leur cheminement spirituel au profit d’autres intérêts matériels.    

Mais ce mélange assumé des genres - d’affaires à la spiritualité - a généré une irrémédiable décadence.

Le développement de biens immobiliers et d’une représentation internationale luxueusement hypertrophiée avec des budgets totalement centralisés confortait ainsi une image dictatoriale et lobbyiste!

 

 

On ne saurait imaginer le Président d’une Société initiatique se comporter en chef d’état ou de clan au risque d’une totale dévaluation de notre éthique.

Les fraudes, procédures et jeu d’influences nationales et internationales ont amené à constater la confusion des intérêts personnels, politiques et internationaux, parfois à un très haut niveau de vanité.

 

 

Les obligations et orientations du bien commun totalement oubliées jettent un discrédit sur la Maçonnerie, entretenu par des « révélations »  de blogs à la recherche d’audience généralement destructrice.  Ces activités non spirituelles ne transmettent pas la compréhension et la formation de qualité, dues au déficit de connaissances et d’espérances qui caractérisaient la conviction maçonnique.

 

 

ET L’AVENIR ? 

 

 

Nos indéniables principes  éthiques et spirituels attestés universellement depuis plus de 250 ans donnent à chacun le devoir de protéger loyalement nos principes à l’intérieur de l’Association adéquate, les transmettre entre nous, et les appliquer dans une société démocratique avec sérénité, modestie, persévérance et en fonction de ses capacités.  « La science que vous possédez serait inutile si vous ne la diffusiez pas autour de vous pour l’évolution progressive des hommes qui vous entourent… ».

 

 

Ainsi que nous n’avons cessé de l’affirmer depuis 2006, la Franc Maçonnerie doit paradoxalement être une entreprise de LIBERTE insérée dans la Vie, indépendamment des religions et des idées politiques de chacun, loin de tout lobbysme.

 

 

Concrètement, une sérieuse sélection et moralisation personnelle est aussi nécessaire que l’arrêt de la course aux Honneurs et aux affaires dans le respect de nos valeurs républicaines partagées.

Le recentrage sur la connaissance des essentiels dans le respect des Rituels est une condition de la compréhension de la validité de nos principes, internationalement reconnus.

 

 

Ces conditions permettraient une redéfinition de notre libre engagement sociétal qui, s’il doit être discret, n’en doit pas moins s’adapter aux conditions nouvelles (familiales, civiques et professionnelles) du XXIème siècle.

 

 

Nous n’avons pas su réfléchir aux bouleversements humains du XXIème siècle, sommes-nous encore aptes à corriger par les volontés personnelles de tout homme cette déviation matérialiste qui semble toucher notre société tout comme notre Association ?

Un vernis spirituel ou intellectuel ne promouvra jamais les valeurs d’humanité qui justifient la reconnaissance universelle de ce mouvement.

 

« Savoir  ce que l’on affronte est alarmant, mais l’ignorer est terrible. »

 

 

Jean Murat 

La Grande Loge Nationale Française (PUF 2 Editions 5 000  - 2006 /2009)

Géopolitique (M.F.  Garaud ; Institut d’Etudes Politiques ; P.U.F. 2007 ; 97 : 49/57)

 

 

O O O

 

Note de Socrate : Lire aussi l’interview de Jean Murat publiée par La Lumière-L’Express sous le titre : « GLNF : Jean Murat tire violemment sa révérence »  Lien

 

 

Commenter cet article

Christophe F 16/12/2012 18:04

TCF Socrate,

D’abord concernant l’essentialité ou pas d’une Province, je suis désemparé par cette affirmation. La province est une Grande Loge et donc a fortiori une Loge. Elle n’est pas, comme le laisse
entendre les modérateurs de Myosotis Lutèce, un artifice. Pour eux tout – ce qui n’est pas Glamf dont les statuts ont réponse à tout- est artifice : l’obédience et les GMP ou GON ou GOP. A ce
moment qu’est ce qui n’est pas artifice ? La structure hiérarchique du Rite ne l’est-elle pas non plus ? Mais aussi pourquoi pas la Loge et son ordre ? Voire la culture, la spiritualité,
l’ancienneté, le mérite, la tradition, la collégialité… et la franc-maçonnerie elle même… tout au fond ne serait qu’artifice ; pour quoi ? Pour la seule humanité, la révolte et l’individualité
moderne de l’homme isolé, autonome, qui roule vers l’X, vers l’indéterminé… sur ce chemin tout devient artifice… allons soyons sérieux. Nous ne pouvons pas tout jeter aux orties. Reprenons le bon
vieux Kant qui constate bien que les arbres ne poussent droits que quand ils ne sont pas isolés les uns des autres.

Concernant ta question « comment peux-tu, au nom de ton amour des Frères de ta Province et de la Franc-maçonnerie Universelle, rester à la GLNF ? » : la réponse est comprise dans la question. C’est
parque que j’ai des FF que j’aime à la glnf, dans ma loge et dans ma province, que je ne compte pas quitter la maison. Cela t’étonne ? Dans la balance, qui pèse le choix que j’ai à faire, mes
frères pèsent le plus lourd. Peut-être partirons-nous ensemble bientôt, ce n’est pas de mon seul ressort. Je ne les abandonne pas, en tous les cas.

J’ai détaillé un peu plus ma réponse sur Dauphiné-Savoie :

Ta remarque m’oblige à repréciser quelques points que mon texte sous-entend entre les lignes. Pour ne pas se méprendre il faut le lire comme un édito de résistance intérieure. Je ne dis pas amen à
ce qu’il vient de se passer. Le sacrifice est subi. Je parle bien plus de responsabilité et de dignité que de soumission, de regrets ou même de pardon ; d’ailleurs m’a-t-on demandé pardon ? Non,
donc je ne suis pas en train de pardonner ce qui à mes yeux est une erreur stratégique grave et rappelle bien les méthodes que nous combattons. Erreur aussi d’une décision arbitraire influencée par
quelques caciques qui ont servi avec zèle FS, et erreur quant à la connaissance réelle du terrain et de la réalité humaine de notre province qui ne va pas se laisser manipuler. Tout cela s’est fait
dans la précipitation, pourquoi ? Je suis l’otage d’une situation que je n’ai pas voulue et que je n’ai pas créée. J’en subis les conséquences mais veux mettre chacun face à ses responsabilités
sans agressivité, les yeux dans les yeux. Peut-être peut-on tous nous accuser d’avoir été complices par nos résignations, mais je ne pense pas que cela soit mon cas. J’ai soutenu Jean Murat puis ai
souhaité qu’il reste dans l’obédience au côté de Jean-Pierre comme force morale, lui et ses amis, justement pour éviter les erreurs de casting qui malheureusement se sont produites. Il en a décidé
autrement et je le regrette. Je me considère comme son ami mais je suis toujours dans la maison et ne désespère pas. Pourquoi ? Notre GM peut encore prendre des décisions pour corriger le tir. De
la même manière que le départ de mes frères vers l’alliance nous a considérablement affaibli et a laissé finalement la place à ceux que nous rejetons, mon départ aujourd’hui avec les FF sincère que
je rencontre (et ils sont le plus grand nombre) leur laisserait définitivement la place et le champ libre. Toutes décisions et témoignages, bien que personnels, se forge avec et pour les autres.
Les autres et la fidélité envers eux, en particulier ses amis ou ceux qui sont nos proches comptent toujours dans une position et un choix. Ce texte prend en compte ceux qui me sont proches : les
frères de ma Loge qui, comme tu t’en doutes, ont voté la ratification et sont de nouveau dans une dynamique de confiance et d’espérance que je ne veux pas briser. Si tu veux le fond de ma pensée,
tu devrais relire le dernier paragraphe de ce texte et la dernière ligne du dernier paragraphe. Nous sommes toujours en résistance et nous nous préparons pour le bras de fer suivant. Enfin, Si je
n’avais pas des FF que j’aime dans ma loge, dans ma province et dans mon obédience…, il y a longtemps que je serai parti, étant membre d’une Grande Loge étrangère régulière et reconnue !

« A toi-même sois fidèle, aux autres sois fidèle » ne veux pas dire amen et je te passe la vaseline pour m’e……

Je sais que je partage les mêmes valeurs avec vous, les «Socrate », et je comprends bien et partage votre déception. Nous avons soutenu le même homme qui incarnait nos valeurs : Jean Murat.

Fraternellement, Christophe

Brutus 15/12/2012 17:33

De la reconnaissance

Les Tabliers bleu de la GLNF (aussi nombreux désormais que les Frères d’une autre couleur) se félicitent, se congratulent, débouchent le champagne pour fêter leurs nominations et se jurent une
loyauté d’autant plus raffermie qu’elle n’a pour seul fondement que la prospérité de leurs affaires communes.
 
Plus arrogants que jamais à l’égard des autres Obédiences ils font comme si la GLNF n’avait pas été (par leur faute) rejetée par le Monde et se persuadent que la reconnaissance de la Grande Loge
Unie d’Angleterre leur est acquise pour le centenaire s’il avait lieu l’année prochaine.
 
Aux quelques égarés qu’ils initient encore, ils affirment mensongèrement être toujours la seule Obédience française susceptible d’être reconnue et continuent à leur « vendre » contre toute bonne
foi le discours sur la chaîne d’union universelle qui ne serait interrompue que pour que quelques semaines encore.
 
Tout au contraire nul n’ignore qu’un membre de la GLNF qui se présenterait aujourd’hui aux portes d’un Temple étranger, à Washington, Londres, Berlin, Sydney ou Hong Kong serait prié de sortir
immédiatement ou de le visiter dans la file des touristes.
 
En fait de reconnaissance étrangère que risque t-il de se passer ?
 
Nous savons -ce que Jean Murat nous confirme de l’intérieur- qu’il n’entre pas dans les intentions de la Grande Loge Unie d’Angleterre de reconnaître avant 5 à 10 ans une nouvelle Obédience en
France. Londres n’est pas une girouette qui exclue en 2012 pour réintégrer quelques mois plus tard au risque de se ridiculiser.
 
Londres est très embarrassée dans son choix.
 
La GLNF des Stifaniens récompensés par Servel, elle la méprise et sait que tôt ou tard les dignitaires qui la composent fauteront de nouveaux scandales et s’entredéchireront.
La GLDF avec ses particularités gallicanes, elle s’en méfie ;
La GLAMF qui n’a que huit mois d’existence n’est pas encore une Institution recevable à ses yeux.
 
Alors pour la Grande Loge Unie d’Angleterre il est urgent de ne rien faire d’autant que, facétieuse comme elle est, laisser la France en jachère, au purgatoire pour de nombreuses années, n’est pas
pour lui déplaire.
 
Tout irait pour le mieux dans le meilleurs des Mondes si Les Grandes Loges Continentales (Allemagne, Suisse, Belgique, Luxembourg, Autriche) n’étaient déterminées à accorder leur reconnaissance
(qu’elles tiennent elles-mêmes de la Grande Loge Unie d’Angleterre) à une confédération de Grandes Loges Régulières regroupant pour l’essentiel la GLDF (30 000 membres) et la GLAMF (15 000 membres)
[soit 25 000 de plus que la GLNF]
 
Que peut faire Londres face à cette initiative ?
 
S’y opposer comme étant prématurée et, en tirant les conséquences de cette opposition, exclure les Grandes Loges Continentales rebelles à son autorité si elles ne font pas machine arrière et
reconnaissent la GLDF et la GLAMF ?
 
Jamais !
 
Jamais : tout simplement parce que la Grande Loge Unie d’Angleterre, déjà marginalisée par les Grandes Loges Américaines, ne peut en aucun cas se payer le luxe d’être séparée du Continent au risque
de devenir immédiatement une Grande Loge comme les autres sans plus ni moins de prestige.

De plus et en ce cas l'Amérique soutiendra immédiatement "les continentaux" pour achever d'isoler l'Angleterre.
 
Alors, dans l’hypothèse d’une reconnaissance de la GLDF et de la GLAMF l’année prochaine, la Grande Loge Unie d’Angleterre ne fera et ne dira rien, n’approuvera ni ne désapprouvera.
 
Elle ne reconnaîtra pas la GLNF au risque de marquer son opposition à ses filles Continentales et par crainte que la GLNF, par de nouveaux et prévisibles errements, ne la ridiculise si elle faisait
ce choix.
 
Elle attendra quelques années pour observer l’évolution et se décidera plus tard.
 
Une seule circonstance pourrait déterminer la Grande Loge Unie d’Angleterre à reconnaître la GLNF : celle d’une reconnaissance de la GLNF par les 50 Grandes Loges Américaines.
 
Si l’Amérique reconnaissait la GLNF, alors la Grande Loge Unie d’Angleterre pourrait se permettre de recadrer fermement les Grandes Loges Continentales dans leur détermination d’accorder tout de
suite leur patente à la GLDF et la GLAMF.
 
En fait, la clef, croyez le bien, se trouve aux Etats Unis plus qu’à Londres.
 
Que vont faire les Etats Unis ?
 
Cela nous le savons (de l’intérieur) : RIEN !
 
Notre Frère Teko A Foly prochain Grand Maître de la plus prestigieuse Grande Loge Américaine (Washington DC GL) né à Libreville, ayant étudié à l’université Dauphine, émigré aux États Unis et
devenu haut fonctionnaire là bas, déteste la « France Afrique » et ce qui va avec…
http://dcsr.org/committees/directorsOfWork.php
 
Et les autres Grandes Loges Américaines lui emboitent le pas ayant toujours en mémoire lorsqu'ils évoquent la GLNF, la honte de l’Administratrice, des procès et des « vuvuzellas » en tenues de
Grande Loge. Certaines d’entre elles ont déjà reconnu la GLDF.
 
Par conséquent, soyez bien persuadés que devant l’impossibilité de faire quoi que ce soit à Londres et la volonté de ne rien faire à Washington, les Grandes Loges Continentales auront toute liberté
pour reconnaître en 2013 la GLDF et la GLAMF.
 
Que se passera-t-il alors, vraisemblablement l’année prochaine :
 
-La GLNF comptera 15 à 20 000 membres et ne sera reconnue par personne.
 
-L’association de la GLDF et de la GLAMF comptera quelque 50 000 membres et sera reconnue par les Grandes Loges Continentales ce qui veut dire, puisqu’elles sont elles même internationalement
reconnues, par la Franc Maçonnerie universelle.
 
Même sur le terrain de la reconnaissance et non plus seulement de l'éthique il est une évidence :
 
Celle que l’avenir n’est raisonnablement plus à la GLNF.

Bucheron 15/12/2012 15:52

Maine-Atlantique sacrifiée

Après huit années d’existence, dont les premières, sous la férule de son premier GM Jacques B… à qui il faut reconnaitre d’avoir été un bâtisseur, se sont passées dans un bel esprit de fraternité
et dans l’enthousiasme partagé entre tous, après une difficile période pour son successeur légitime JM Hill… qui s’est tacitement opposé depuis trois ans à la personne de François S…, après deux
années de lutte, au sein de ses Loges, contre les prétentions hégémoniques de l’Ulrf puis celles de la Glamf, après avoir tenu contre vents et marées pour que le mépris ou la lassitude ne
l’emportent pas dans un combat fratricide insensé pour les non-initiés au jeu politique, après surtout avoir maintenu une cohésion humaine et géographique de 23 Loges vivantes réparties sur 5
départements, bref des forces vives de l’Obédience qui ont pris part au vote de ratification du Grand Maître le 1 décembre, après une Tenue de Grande Loge Provinciale, qui s’est déroulée le 27
octobre dernier dans la sérénité, la confiance et la dignité, une Province, Maine-Atlantique, et un GMP ont été remerciés dans la précipitation, pour bons et loyaux services, et ses Loges
rattachées à la Bretagne.

Je ne reviendrai pas sur les tourments de cette Province touchée en plein cœur par le déchirement en deux parts égales, en nombre et je le crois, en qualité, division dont les Frères ont fait les
frais. Nous avons tous été perdants dans cette histoire, avec ceux partis vers d’autres cieux, que j’espère pour eux des plus cléments.

Toutefois aujourd’hui, Mes yeux se voilent mais que la lumière soit… .

C’est dans la dignité que Jean-Michel Hill… a réuni hier soir et pour la dernière fois son collège d’officiers, dont j’ai eu l’honneur de faire partie, bien que n’ayant pas toujours été d’accord
avec les décisions prises et l’ayant manifesté selon ma conscience et mes actes, espérant une opposition interne plus affirmée autour de Jean Murat.

Notre GMP et son Député Nabil R… nous ont fait part de leur ressenti et de notre nouvelle situation avec la voix et les mots de la sagesse. Il me faut aujourd’hui reconnaitre que notre GMP
Maine-Atlantique, avec sa tempérance et sa générosité naturelle, a fait en sorte, avec son collège, que soient respectés et protégés les Frères et la Règle de toutes prédations dans notre Province
durant cette crise où nous nous sommes retrouvés pris entre l’enclume et le marteau.

Je ne cache pas qu’hier la tristesse se ressentait à Véga, le Temple de Nantes si chèrement acquis, avec beaucoup d’amertume mais pas de colère ou d’esprit de revanche envers celui et ceux qui
attendaient ce jour depuis plusieurs années déjà…

Plus que de dignité il faudrait parler ici de sacrifice ou de substitution pour le bien de l’Ordre, et les mots ne sont pas trop forts. Chacun d’entre nous a été renvoyé face à sa propre
responsabilité, à sa conscience et à sa liberté pour prendre la décision qui serait la bonne, prêt ou pas à entendre l’appel à une nouvelle fonction par le nouveau GMP breton, pourtant angevin et
donc membre de la désormais disparue Maine-Atlantique, sans être pourtant membre de son collège.

Nous allons, pour la plupart d’entre nous, surtout continuer à nous concentrer sur le travail dans nos Loges : faire régner l’harmonie fraternelle et offrir un cadre de formation solide sur nos
colonnes à tous les Frères.

Certains continueront de servir cet échelon indispensable de proximité qu’est la Province, et qui donne un visage humain à l’Obédience, mais tous travailleront pour le bien de l’Ordre et pour la
rénovation de la GLNF.

Se substituer signifie littéralement « se mettre à la place de l’autre », prendre en charge, porter les souffrances et les fautes de l’autre, et ainsi s’accuser et expier des fautes que je n’ai pas
commises, qui n’ont pas commencé en moi, dirait Emmanuel Levinas.

Merci à cet égard à certains anciens GMP de Bretagne qui voient aujourd’hui leurs efforts de reconstruction de leur province dévastée récompensés en absorbant la sève qui coule dans nos veines de
maçons. Ils pourront compter sur nous pour rester des Frères vigilants et persévérants qui feront passer le service désintéressé de leurs Frères et de leurs Loges avant l’ambition, l’orgueil et
l’ignorance, et tous les gris-gris qui déroutent le cheminement maçonnique de l’Art Royal vers des voies qui nous ramènent à la mondanité et à l’inter-esse-ment, comme la sacré peut parfois
dérouter du saint.

Pour nos frères qui partagent une foi en un Dieu révélé je rajouterai que dans le judaïsme la sainteté est la séparation et dès lors la pureté de Dieu : le Saint est ce qui est séparé du monde (de
l’intérêt, des mondanités, de l’être qui veut être et persévérer dans son être). Le sacré ressemble au Saint mais il faut briser le prestige fallacieux de cette ressemblance qui comme telle fait du
sacré un faux-frère ; elle est tromperie, elle induit en erreur quant à la Sainteté. Elle est dès lors la pire des trahisons. En effet le sacré mis au service d’intérêts mondains mime pour ainsi
dire la séparation qui caractérise le Saint mais en inscrivant cette séparation dans le Monde, et cela se nome tout simplement le paganisme. Par exemple la sorcellerie est cette forme dégradée du
rapport au sacré. Elle se complait dans l’équivoque du sensible, des images et du sentiment, détournés par de prétendus médiateurs maitrisant des forces « surnaturelles » au demeurant humaines,
tellement et trop humaines.

Le sacré pour nous maçon doit pourtant nous conduire sur le sentier Royal de la vertu, du travail fraternel et de l’éthique, non pas en singeant ce qu’il n’est pas mais en enseignant que c’est par
la Sainteté, le désintérêt, et uniquement par elle, que la Transcendance conduit à la responsabilité, étrange paradoxe !

Or il est de notre responsabilité aujourd’hui d’envisager que ce sacrifice, témoignage de sainteté, mette toutes les chances de réussites de notre côté pour notre Province, riche de son histoire et
de son ancienneté granitique Bretonne, ceci associé à la ferveur de la Vendée et à la douceur des peuples de cette partie du Maine, de l’Anjou et de la Loire ouverte sur l’Atlantique.
Maine-Atlantique restera force vive quelques soient les découpages actuels et elle refleurira, à n’en pas douter. En attendant espérons qu’elle fera refleurir l’espoir et la confiance des Frères
bretons.

Chacun prendra la mesure de sa loyauté, car on ne peut servir deux maîtres à la fois. Pour ma part je ne félicite pas ceux qui ont œuvré dans un esprit de revanche, d’où qu’ils soient. Je ne les
cautionnerai pas mais espère que le sacrifice et la sagesse des Frères de Maine-Atlantique donneront à réfléchir sur les relais nécessaires et la communication indispensable dans une véritable
collégialité que notre GM doit mettre en œuvre avec les Provinces. Ceci renforcera la cohésion de tous. Si ce n’était pas le cas comment ne pas inviter les Frères de notre ex-Province à se tenir
prêt pour une nouvelle configuration de leur avenir.

CF, 24670

Socrate 15/12/2012 22:51



TCF
Bucheron,





Le redécoupage des Provinces
dont la disparition de Maine-Atlantique est considéré par certains FF comme regrettable. C’est peut-être regrettable mais cela n’a rien d’essentiel.





Ce qui est essentiel, c’est
le travail de la Loge et de chacun de ses membres pour se perfectionner et avancer vers la Lumière, ou pour le dire un peu différemment, c’est la relation des FF à la Franc-Maçonnerie
Universelle.





Après avoir lutté contre
l’ancienne gouvernance et ses méfaits, comment peux-tu, au nom de ton amour des Frères de ta Province et de la Franc-Maçonnerie Universelle, rester à la GLNF dont le GM a changé mais dont les
statuts, le mode de gouvernance et les dirigeants restent et resteront inchangés ?


Rester est de fait
cautionner ceux-ci.





Fraternellement,


Joseph



Vertu 13/12/2012 08:10

Avec le départ de J. Murat de la GLNF, un grand référent de sagesse, de vertu et de modestie s'en va.
Parmi les responsables restés à la GLNF, je ne vois pas qui va pouvoir incarner cette caution morale.
La chute va continuer...
Fraternellement

MATHIUS 12/12/2012 19:13

Mes frères,
La démission de notre bien aimé frère Jean Murat confirme en tous points mes affirmations sur les graves dérives mafieuses de la majorité des dirigeants de la GLNF depuis plus de vingt ans.
Je le remercie car lorsque j'offrais ma démission au grand Maître Charboniaud, suite à des actions délinquantes de certains représentants de Loges, non seulement il l'accepta par écrit, mais il
protégea par ailleurs ses pseudo francs maçons en leur donnant des tabliers bleus... Honte a lui!!!
Cependant, je trouve regrettable que le Frère Jean Murat est démissionné au lieu d'offrir sa démission, en effet, si sur la forme le résultat est le même sur le fond, si cette dernière est
acceptée, elle lie à jamais cette acceptation du grand maître aux pseudos maçons mafieux.
Pour moi Charbonniaud est pire que Stifani car c'est celui par lequel la fin de la GLNF est arrivé, Stifani n'est que le reflet de l'âme noire de Charbonniaud.
Servel, comme tout ceux qui n'ont aucune obligation de résultat prend les francs maçons pour des imbéciles, et cela malheureusement avec le mépris que je reconnais bien de ceux qui n'éprouvent que
de la condescendance pour l'humanité.
Mais, je demande aux jeunes francs maçons de faire très attention, car la GLNF fabrique plus de prédateurs de Maîtres maçons que d'initiés maçonnique.
Bien fraternellement.
MATHIUS