DE QUOI SE MELE-T-ON ?

Publié le par Socrate

Nous reproduisons ci-dessous l’article paru le 18 février dans Le Myosotis Limousin Périgord afin de le porter à la connaissance du plus grand nombre possible de Frères.

Socrate


Émissions télé, vidéos, articles de presse … On n’en finit pas de parler de la GLNF et de son GM.

Ce n’est pas arrivé tout seul. D’abord Claude C, à peine devenu GM a commencé à marteler le message : « La franc-maçonnerie n’est pas une société secrète mais une société discrète ». (cette façon de parler caricaturale était déjà celle du film de propagande bien connu « Forces occultes ».)

Nous l’avons laissé dire.

Puis il a jugé bon de parader ici et là dans son bel habit, afin que le monde profane sache bien quel grand dignitaire il était ; il a organisé de grandes messes démagogiques.

Nous l’avons laissé faire.

Son successeur, Charles F., a continué sur la même voie (souvenez-vous de la grande messe de Cannes).

Étonnez-vous qu’aujourd’hui François «S» mette les bouchées doubles pour donner à la GLNF la première place des obédiences maçonniques françaises. Il n’est pas responsable de ce choix de stratégie, il n’en est que l’exécutant pressé. Trop pressé. C’est ce qui va causer sa perte et celle du "système Claude C." C’est bien pour cela que ses acolytes vont devoir l’immoler au plus vite pour sauver leur entreprise.

En attendant, il fait "son" devoir, il poursuit le chantier ouvert par ses prédécesseurs  avec beaucoup de zèle et de vigueur. Brave soldat François «S» ! Tu ne peux plus reculer, tes copains vont te tirer dans le dos.

La fameuse "société discrète" ne l’est plus du tout. Elle se met en avant pour être sur la photo. Elle transgresse tous les interdits qu’elle s’était elle-même fixés. Elle parle politique et religion sans le moindre complexe.

Pour preuve, ce petit encart dans la Lettre de l’Expansion du lundi 15 février 2010 n° 1981 :

 

"FRANCOIS STIFANI, Grand Maître de la

GLNF, remettra cette semaine au chef de

l’Etat son rapport sur l’organisation des

musulmans de France. Il évoquera la créa-

tion d’une nouvelle instance non cultuelle,

mais à caractère social et indépendante

de toute puissance étrangère."

 

La question n’est pas celle de l’objet de ce rapport ou de son contenu, pas plus que de l’identité de celui qui le reçoit. La question est : De quoi se mêle-t-on ?

Comme on dit dans nos campagnes : « Que chacun s’occupe de ses affaires et les vaches seront bien gardées ».

Wilhem Fermtag

 

 

 

Commenter cet article